Ops! You don't have any menu or widget in Off-canvas. Please add some menu in Off-canvas menu position or add some widget in Off-canvas widget position for view them here.

Blog

Les fruits de Birmanie, mangue, papaye et autres, partie 2

Si vous avez un faible pour les fruits tropicaux et subtropicaux, la Birmanie est l’endroit idéal car c’est ici qu’ils poussent. De A comme dans « Awza thee » ou « custard apple », comme on l’appelle en anglais, à Z comme dans « Zee thee » ou « plum ». Mais il n’y a pas que des fruits tropicaux en Birmanie. Il y en a pour tous les goûts, même si l’on tient compte du fait que tout le monde n’aime pas tous les fruits et que les fruits non tropicaux comme la pomme ne sont pas aussi savoureux et juteux que dans les pays dont ils sont originaires.

Le pamplemousse ou shaddock ou pomelo est localement appelé ‘Kyew gaw thee’ mais ne vous y trompez pas, bien que le nom pomelo soit communément utilisé pour le pamplemousse et le shaddock, il existe des différences entre eux, tant pour les fruits que pour leur origine.

Le pamplemousse, plus petit et plus fin que le shaddock/pomelo et une variété plus grande que l’orange, est de couleur jaune, en forme de globe, varie de 4 à 6 pouces/10 à 19 cm de diamètre et se développe à partir de grandes fleurs blanches et en grappes. Le fruit se compose de segments facilement séparables avec des cellules à jus et des graines blanches et une écorce épaisse. Sa pulpe acide est généralement de couleur jaune clair mais quelques variétés à pulpe rose ont été développées.

Le pamplemoussier est recouvert d’un feuillage dense de feuilles épaisses de couleur vert foncé, il atteint une hauteur d’environ 20 pieds/6 mètres et est très probablement originaire de la Jamaïque. Le pamplemousse se croise facilement avec d’autres membres du genre citrus. C’est un aliment pauvre en calories, une excellente source de vitamine C et d' »inositol », un membre du complexe de la vitamine B.

Le pamplemousse est un fruit commun du petit déjeuner, de la salade et/ou du jus de fruit. Comme les habitants de la Birmanie ont généralement un faible pour tout ce qui est acide, ce fruit est très apprécié ici. Le pamplemousse est classé comme une variété de ‘Citrus maxima’.

Le shaddock ou pomelo est originaire d’Indonésie. C’est un fruit très gros qui pèse parfois 14 lb/6 kg et en moyenne 10 lb/4,5 kg qui se développe à partir de fleurs blanches également très grosses. Il est rond et de couleur jaune pâle. L’écorce amère est épaisse et jaune clair ; la pulpe est légèrement acide et aromatique, de couleur verdâtre et aqueuse. Il s’agit d’un fruit agréable et rafraîchissant, souvent utilisé pour les conserves, mais également consommé à l’état frais et transformé en jus. L’aiguillette et le pamplemousse sont souvent appelés pomelo ou pummelo. Le pamplemousse est également classé dans la catégorie « Citrus maxima ».

La grenade, dont le nom local est « The lee », est le nom commun d’un petit arbre ou d’un arbuste épineux de la famille des grenadiers et de ses fruits. Ce genre unique est originaire de l’Asie tropicale et se caractérise par de grandes fleurs solitaires. Le grenadier est de croissance buissonnante avec des feuilles brillantes et des fleurs rouges.

Le fruit, de la taille d’une grosse orange, est rempli de graines. L’enveloppe externe charnue des graines est constituée d’une pulpe rouge orangé, sucrée, acide et comestible. L’écorce astringente est utilisée en médecine et pour le tannage. L’arbre est cultivé pour ses fruits dans les régions chaudes du monde entier. Les variétés naines portent des fleurs ornementales. La grenade appartient à la famille des « Punicaceae » et est classée sous le nom de « Punica granatum ». En Birmanie, la grenade pousse dans tout le pays. Les gens mangent les graines et elles sont également transformées en sirop.

L’avocat, que les Birmans appellent « Htawbhat thee » ou « fruit du beurre », pousse en Birmanie mais, bien qu’il soit très nutritif et savoureux, il est relativement peu connu.

L’avocat, en raison de sa forme qui ressemble à une grosse poire également appelée « poire alligator », est le nom commun d’un arbre ou d’un arbuste ligneux qui produit de l’huile aromatique dans ses tissus et qui est originaire de l’Amérique tropicale ainsi que du fruit de l’arbre. L’arbre se propage par des graines qui ne peuvent pas se disperser loin car les graines tombent près de l’arbre/de la plante et y germent presque immédiatement.

Le fruit est une drupe verdâtre, à la peau épaisse, de la taille d’une grosse poire. Lorsqu’il est mûr, sa chair a la consistance du beurre ferme et un léger goût de noix. L’avocat a une teneur élevée en matières grasses, contenant 10 à 20 % d’huile. Il est riche en protéines et constitue une bonne source de pyridoxine, dont les besoins sont proportionnels à la quantité de protéines consommée. Le fruit est principalement utilisé pour préparer des salades et des soupes. Il est également consommé frais, à la cuillère, directement hors de la peau.

L’avocatier appartient à la famille des Lauraceae et est comme son nom l’indique un genre de la famille des lauriers qui compte 30 à 50 genres et plus de 2000 espèces. En tant que tel, l’avocatier, classé comme « Persea americana », est apparenté à la cannelle et au camphre, par exemple.

L’avant-dernier fruit de l’année à être inclus dans ce chapitre est la noix de coco. La noix de coco, dont le nom local est  » Ohn thee « , est le nom commun du fruit d’un arbre de la famille des palmiers, largement répandu dans les régions tropicales. L’arbre, appelé cocotier, a un tronc cylindrique d’environ 18 pouces/45 cm de diamètre et peut atteindre une hauteur de 100 pieds/30 mètres. Au sommet, il porte une couronne d’une vingtaine de feuilles primitives généralement incurvées vers le bas, dont chacune mesure environ 10 à 15 pieds/3 à 4,5 mètres de long. Les fruits poussent en grappes de 10 à 20 noix ou plus. On peut voir 10 à 12 de ces grappes sur un même arbre.

La noix de coco mature mesure environ 30 cm de long. 30 cm de long, est de forme ovale, possède une enveloppe extérieure en fibres épaisses et une coque intérieure dure. La doublure ou l’amande de la coque intérieure est une chair huileuse blanche qui est séchée pour produire le « coprah », un produit de valeur commerciale. Le coprah contient 60 à 65 % d’huile qui est utilisée dans la fabrication de savons et de bougies. À l’intérieur de l’amande se trouve un liquide laiteux au goût sucré. La chair de la noix de coco, crue ou préparée, est un aliment important sous les tropiques. Crue et fraîche, elle est douce comme du beurre, très délicieuse et saine. Mais attention. Sa forte teneur en graisses peut, si elle est consommée en trop grande quantité, provoquer de graves problèmes d’estomac. Il ne faut donc pas en abuser. Le lait de coco est meilleur lorsqu’il est bu directement de la noix fraîche. Si vous attendez trop longtemps et le buvez après le début du processus de fermentation, vous risquez d’être un peu pompette. À propos, un plat local célèbre est le « Ohn Thamin » (riz à la noix de coco). Il est très savoureux, mais faites attention. Le riz à la noix de coco augmente la pression sanguine. Si vous avez des problèmes à ce niveau, n’oubliez pas de prendre vos médicaments. Vous serez également un peu fatigué après avoir mangé de l’Ohn Thamin.

Le bourgeon terminal du cocotier, connu sous le nom de « chou de palmier », est considéré comme un mets délicat et les arbres sont souvent abattus pour l’obtenir. La partie centrale de la jeune tige est également succulente et comestible. La sève ou « grog » est, comme celle de certains autres palmiers, une boisson très appréciée dans les pays tropicaux, soit à l’état naturel, soit après fermentation, qui a lieu en quelques heures. Le vin de palme, ou arrack, également une liqueur spiritueuse, est obtenu par distillation de la sève fermentée. La racine de l’arbre possède des propriétés narcotiques et est parfois mâchée. Les feuilles séchées sont utilisées pour le chaume et en tressant les folioles, on fabrique des nattes, des écrans et des paniers. Le « coco », la fibre de l’enveloppe de la noix, est utilisé pour fabriquer des cordes et des tapis de sol.

Le cocotier appartient à la famille des « Areaceae » (anciennement « Palmee ») et est classé sous le nom de « Cocos nucifera ». La noix de coco est consommée à l’état frais, son lait est bu et le coprah est râpé et utilisé dans les bonbons et les pâtisseries.

La dernière étape de notre voyage dans la région des « fruits de l’année » de Birmanie est la figue ou « Tha pan thee » comme on l’appelle ici. Fig est le nom commun d’un genre de la famille des mûriers et des fruits de ces plantes. La figue commune commercialisée est originaire d’Asie du Sud-Est et largement cultivée dans les pays tropicaux et subtropicaux. Le figuier – un autre fait qui peut vous étonner, un parent de l’hévéa – mesure environ 5 à 8 mètres de haut.

Les petites fleurs sont portées sur la surface intérieure d’un organe creux et charnu appelé « réceptacle » et le fruit est le résultat de la croissance de ce réceptacle. De nombreuses variétés de figues commerciales cultivées ne produisent pas de fleurs fertiles, raison pour laquelle on utilise du pollen de figues sauvages pour les féconder. Les fruits d’autres variétés se développent sans fécondation. Les fruits sont généralement verts, en forme de poire, sucrés et légèrement aromatiques. Ils contiennent beaucoup de petites graines. Les figues sont consommées à l’état frais, en conserve, séchées et confites. Un autre membre du genre figue – celui-ci étant très grand – est le « pipal » (ce terme a ses racines dans le terme sanskrit « pippala ») ou « figue sacrée » qui pousse en Asie du Sud-Est. Cette figue – la figue indienne – est connue sous le nom de « bo tree » et est très vénérée par les bouddhistes. En effet, Gautama Buddha aurait reçu sa « bodhi » ou illumination alors qu’il était assis sous un figuier indien, raison pour laquelle le « bo tree » est sacré pour ses disciples.

Les arbres bo vivent très vieux, atteignent une hauteur d’environ 30 mètres et leurs fruits sont comestibles. Le « Banyan » est une autre espèce de figuier qui pousse largement en Birmanie mais qui est originaire de l’Inde. Ses fruits sont de couleur écarlate, à peine plus gros qu’un sherry, sont ovales, en forme de cœur et poussent par paires à l’aisselle des feuilles. Le banian est considéré comme l’habitat d’êtres mythiques appelés « Bilus ». Les figues appartiennent au genre « ficus », de la famille des « Moraceae ». La figue commune commercialisée est classée sous le nom de « Ficus carica », la figue pipal ou figue sacrée « Ficus religiosa » et le banian « Ficus bengalensis ». Deux figues, originaires d’Amérique tropicale, sont classées comme « Ficus aurea » et « Ficus citrifolia ».

Nous allons maintenant nous intéresser à la catégorie des fruits de saison.

En ce qui concerne les fruits saisonniers de Birmanie, les premiers à apparaître après avoir fleuri de décembre à mars, lorsque les premières pluies de mousson (aussi appelées pluies de mangue) sont tombées, sont la mangue, suivie de près par le jacquier. Comme nous l’avons dit précédemment, nous gardons les meilleurs – dont la mangue – jusqu’à la fin et nous continuons donc avec le jacquier, appelé localement « Peing ne thee ».

Les Peing ne thee arrivent à maturité au début de la saison des pluies et peuvent peser plus de 90 lb/40 kg. Le fruit est consommé frais et transformé en conserves. Comme le durian qui suit le jacquier, il est très apprécié des locaux. Sa pulpe sent un peu moins que le durian, mais c’est tout de même assez terrible.

Les prochains à venir sont le durian et le mangoustan. Le durian, connu localement sous le nom de « Du win thee », est le nom commun d’un arbre à feuilles persistantes originaire des régions chaudes et humides de la forêt tropicale de l’Asie du Sud-Est où il pousse et est cultivé pour ses fruits. Ce nom commun est dérivé du terme malaisien désignant le fruit de l’arbre, à savoir « duryon ».

Les arbres durians atteignent généralement une hauteur de 80 à 100 pieds/24 à 30 mètres. Le fruit se développe en grappes à partir de fleurs blanches, jaunes ou roses d’environ 5 centimètres de long et nécessite environ 3 mois de développement et de maturation.

Le fruit, de forme ovoïde ou ronde, est entouré d’une épaisse écorce de couleur vert-jaunâtre à brun-rougeâtre qui est recouverte d’épines très dures et pointues et pèse habituellement de 6 à 8 lb/2,8 à 3,4 kg.

Lorsqu’il est mûr, le fruit tombe tout simplement de l’arbre et on l’appelle souvent le fruit le plus dangereux du monde, car s’il frappe quelqu’un qui se trouve sous l’arbre au mauvais moment, il peut facilement tuer la personne malchanceuse. Si la personne ne porte pas une tête de cerf, ce qui n’est probablement pas le cas. A l’intérieur du fruit qui consiste en une pulpe nauséabonde mais très appréciée par les Birmans – et comme ils disent savoureuse – sont enchâssées 1 à 4 grosses graines qui sont comme les graines de jacquier comestibles lorsqu’elles sont bouillies, frites ou rôties bien qu’elles soient plutôt insipides. Je ne suis ami ni de l’un ni de l’autre.

Habituellement, la pulpe est consommée à l’état frais mais elle est également ajoutée aux gâteaux et aux glaces, elle est cuite dans des currys et/ou transformée en conserves alimentaires.

Le durian, qui pousse principalement dans l’État Mon de Birmanie, situé dans la partie la plus méridionale du pays, appartient à la famille des bombax « Bombacaceae » et est classé sous le nom de « Durio zibethimus ».

L’ennui quand on mange du durian, ce n’est pas seulement la puanteur, mais aussi le fait que la pulpe chauffe le corps à un point que certaines personnes peuvent avoir du mal à supporter. Mais la nature étant la nature, elle a résolu ce problème à sa manière et cette solution a un nom : le mangoustan.

Le « mangoustan » ou « Min gu thee », comme on l’appelle localement, arrive en saison au moment où le durian est mûr. C’est le fruit d’un arbre originaire des Moluques, qui font partie de l’archipel malais et sont une province de l’Indonésie.

Le mangoustanier, dont la croissance est très lente et qui ne porte des fruits qu’à l’âge de 9 à 10 ans, se propage par graines, atteint une hauteur de 6 mètres et son fruit ressemble à une orange par sa forme et sa taille. Ce fruit est un antidote à l’effet secondaire inquiétant du durian et a la réputation d’être l’un des fruits tropicaux les plus délicieux, ce que confirment ceux qui en ont mangé, dont je fais partie. Le seul problème du mangoustan est que ses grosses graines sont entourées d’une couche beaucoup trop fine de pulpe blanche pure très délicieuse. Mais la récompense en vaut bien la peine. L’écorce rouge-violet qui entoure le fruit a des propriétés médicinales car elle contient de l’acide tannique efficace contre la diarrhée et la dysenterie.

L’arbre prospère comme le durian dans les régions de Mawlamyaing et de Kyaiktiyo de l’État Mon ainsi que dans le nord de l’État Mon qui borde l’État Kayin. Il appartient à la famille des Clusiaceae (anciennement Guttiferae) et est classé sous le nom de Garcinia mangostana.

Les fruits saisonniers suivants sont la goyave et le ramboutan, puis l’ananas. Goyave » ou « Ma la ga thee » est le nom commun de tous les petits arbres ou arbustes de la famille des myrtes et de leurs fruits. Les goyaves sont originaires des tropiques d’Amérique mais sont aujourd’hui cultivées dans le monde entier. La goyave cultivée la plus courante porte des fruits blancs ou jaunes de la taille d’une orange ou d’une pomme.

Le goyavier peut atteindre une hauteur de 20 pieds/6 mètres et est originaire et cultivé en Floride/USA. Le goyavier est cultivé en Amérique tropicale depuis l’époque précolombienne et en Floride et dans le sud de la Californie, il est occasionnellement cultivé comme plante ornementale. La goyave est une bonne source de vitamine C et est consommée en Birmanie principalement à l’état frais, mais elle peut aussi être transformée en pâtes, gelées et conserves. Lorsqu’il est consommé avec ses graines, le fruit peut provoquer la constipation. Par conséquent, si vous ne voulez pas courir de risque, retirez-les ou coupez-les avant de déguster la savoureuse pulpe. Les goyaves appartiennent à la famille des « Myrtaceae ». Alors que la goyave cultivée la plus courante est classée dans la catégorie « Psidium guajava », la goyave fraise (« fraise » parce que le fruit a un goût de fraise) est classée dans la catégorie « Psidium littorale ».

Ramboutan, « Chet mauk thee » en birman, est le nom de l’arbre malaisien classé « Nepholium lappaceum » et du fruit qu’il porte.

La pulpe du fruit est de couleur blanche et a un goût sucré mais légèrement acide. Elle est recouverte d’une écorce jaune-rouge d’épaisseur moyenne avec des épines longues et douces. Le nom ramboutan trouve son origine dans le terme malais pour les cheveux, « rambut », qui fait allusion aux épines du fruit. Le ramboutan est consommé à l’état frais ou en conserve et également transformé en sirop.

L’ananas ou ‘Na na thee’ en birman est distribué dans toute la Birmanie mais les meilleurs, qui sont un peu plus petits que les autres variétés mais très sucrés et parfumés, viennent de Myitkyina.

L’ananas est le nom commun d’une famille de plantes à fleurs qui se caractérise par des écailles de feuilles uniques absorbant l’eau et des fleurs régulières à trois parties.

L’ananas atteint une hauteur d’environ 3 pieds/1 mètre. Ses feuilles sont des gaines ou des lames disposées en spirale et se présentent généralement en couches. Les embryons de la plante ont une feuille de graine. La famille contient plus de 2.000 espèces placées dans 46 genres.

Ils sont presque exclusivement originaires des régions tropicales et subtropicales d’Amérique. Une espèce est présente en Afrique occidentale. L’ananas est largement cultivé dans les zones tropicales en première ligne pour son fruit – lorsqu’il est mûr – essentiellement sucré et juteux.

Les ananas ont plusieurs fleurs regroupées sur une tige et bien que les ovaires se développent individuellement, tous les fruits se combinent en un seul fruit plus gros, appelé fruit multiple. L’ananas fait partie de la famille des « Bromeliaceae » et de l’ordre des « Bromeliales ». L’ananas le plus connu est classé sous le nom de « Ananas comosus ». L’ananas contient de la vitamine C ou de l’acide ascorbique. Il est consommé à l’état frais, en tranches ou dans des salades de fruits, utilisé comme ingrédient de cuisine et également transformé en jus, en confiture, en tranches séchées et en conserves.

Un autre fruit tropical et saisonnier qui pousse et qui est cultivé dans toute la Birmanie est la « Awza thee » ou « pomme-crème ».

La pomme-crème est le nom commun d’une immense famille qui, soit dit en passant, comprend également le magnolia. Cette famille comprend plus de 2 000 espèces d’arbres et d’arbustes, principalement tropicaux.

Les membres de la famille ont des feuilles aromatiques et des fleurs parfumées qui comprennent généralement six pétales à partir desquels se développe le fruit. Le fruit est généralement de forme globale, brun à vert jaunâtre avec une pulpe jaune ou blanc jaunâtre. Les fruits, un ensemble de baies, sont aromatiques et sucrés et comprennent le corossol, le corossol et le chérimolier, qui poussent dans les régions tropicales. L’ylang-ylang, un arbre originaire d’Asie du Sud-Est, produit des fleurs à l’odeur délicate dont l’huile est distillée et utilisée en parfumerie.

En Birmanie, la pomme d’amour, qui aime le climat chaud et sec, pousse principalement et abondamment dans la plaine sèche centrale, surtout dans la région du Mont Popa, située à environ 50 kilomètres au sud-est de Bagan, où elle est très grosse et a un goût sucré extraordinaire. La région de Pyay, située entre Pagan et Yangon, est également connue pour ses pommes de garde de grande qualité.

La pomme-crème est consommée uniquement à l’état frais et n’est en aucun cas conservée. Elle périt très rapidement et ne peut donc pas être conservée longtemps. Si vous mangez le fruit, veuillez ne pas évider ou couper les graines, car les gousses dans lesquelles elles sont enfouies sont très délicieuses et leur consommation vaut la peine de cracher les graines.

La pomme-crème appartient à la famille des ‘Annonaceae’. Le représentant est ‘Annona’. Le corossol est classé sous la dénomination « Annona squamosa », le corossol sous la dénomination « Annon muricata », le chérimolier sous la dénomination « Annon cherimola » et l’ylang-ylang sous la dénomination « Cananga odorata ».

La pomme pâtissière est suivie par l’orange, appelée localement « Leing maw thee ». L’orange est le nom commun des agrumes de plusieurs arbres. Parmi les différentes variétés, on trouve l’orange douce, l’orange acide et la mandarine ou tangerine. Le fruit, qui est techniquement une sorte de baie, se développe à partir d’une fleur blanche ou violacée et se compose de sections facilement séparables, appelées carpelles, chacune contenant plusieurs graines et de nombreuses cellules à jus recouvertes d’une peau coriace contenant de nombreuses glandes huileuses.

Une espèce de bigarade, originaire du Brésil, est une orange sans pépins avec une écorce d’épaisseur moyenne. Dans le « nombril », au bas du fruit, pousse une deuxième petite orange abortive. L’oranger dépasse rarement les 30 pieds/9 mètres de hauteur. Trois huiles essentielles sont obtenues à partir des oranges : L' »huile d’orange », obtenue à partir de l’écorce du fruit et utilisée principalement comme agent aromatisant ; l' »huile de petigrain », obtenue à partir des feuilles et des rameaux et utilisée en parfumerie ; et l' »huile de néroli », obtenue à partir des fleurs et utilisée en parfumerie et en aromatique.

Les oranges sont presque exclusivement originaires d’Asie du Sud-Est et appartiennent à la famille des « Rutaceae » et au genre « Citrus ». Elles constituent une bonne source de vitamine C et sont principalement consommées à l’état frais, nature ou en salade de fruits. Ils sont également mis en conserve, transformés en extraits, jus et orangeade, transformés en marmelade et utilisés comme ingrédients de cuisine et séchés comme ingrédients de cuisson.

La pastèque, ou « Pa ye thee » en birman, est un membre de la famille des courges et un type de melon qui est cultivé de manière extensive pour son goût sucré et son fruit rafraîchissant. Son habitat d’origine est l’Afrique, en particulier le désert du Kalahari, et il pousse comme une plante grimpante. Aujourd’hui, il est cultivé dans le monde entier. Le fruit est arrondi, oblong et en forme de baie. Il atteint de très grandes tailles et peut atteindre une longueur d’environ 61 cm (24 pouces) et un poids d’environ 30 kg (50 lb). La croûte est assez épaisse et d’un vert monochrome ou rayée. La pulpe de la pastèque a un goût aqueux et sucré, elle est généralement de couleur rouge et contient de nombreuses graines blanches à noires, plates et pointues, qui, séchées et grillées, constituent un bon en-cas.

Manger de la pastèque est, surtout lorsqu’il fait chaud, très rafraîchissant – encore plus lorsque la chair est légèrement fraîche – et c’est une expérience à ne pas manquer. Mais attention à l’achat de pastèques prêtes à trancher auprès de vendeurs ambulants, car le fruit attire les mouches.

Certes, je ne veux pas gâcher le plaisir mais vous pouvez tomber gravement malade et même mourir si vous ne prenez pas mon avertissement au sérieux. C’est un prix que même la plus délicieuse des pastèques ne vaut pas la peine de payer. La pastèque n’est conservée d’aucune façon, elle fait partie de la famille des cucurbitacées et est classée sous le nom de « Citrulla lanatus ».

Maintenant que nous approchons de la fin, nous sommes arrivés au point où un maître de cérémonie – accompagné par le roulement du tambour – pourrait dire : « Et maintenant, mesdames et messieurs, le moment que nous attendions tous avec impatience depuis si longtemps est enfin arrivé. Accueillons très, très chaleureusement et applaudissons les stars du spectacle et les moments forts de la soirée (roulement de tambour et lever de rideau), les « Mango Sisters » et « Mr. Papaya ».

Et les voici : les « Mango Sisters », « Ma chitu » (Mme « Love » ou « Lover »), « Sein talone » (Mme « One Diamond ») et « Myakyout », (Mme « Emerald Stone ») en chair et en os.

Ces trois variétés sont les premières de leur catégorie, car aucune autre des nombreuses sortes et variétés de mangues n’est aussi douce, tendre et délicieuse qu’elles.

La mangue, appelée localement « Tha yet thee », est le nom commun d’un arbre et de son fruit. Le manguier est originaire d’Inde et largement cultivé dans les régions tropicales et subtropicales pour ses fruits succulents. En Birmanie, les mangues sont cultivées en Haute et en Basse-Birmanie, mais en raison du climat chaud et sec de la Haute-Birmanie, les Tha yet thee qui en proviennent sont un peu supérieures à celles qui poussent en Basse-Birmanie, même si ces dernières font déjà sensation au niveau du goût. Les meilleures mangues proviennent de Pyay, dans le centre de la Birmanie. Les mangues de Birmanie sont vraiment une classe à part, absolument délicieuses.

L’écorce de la mangue est très dure et son noyau est plat et assez gros, mais ce qui se trouve entre la peau et le noyau est une véritable tuerie. Ma préférée est Ma Chitu ; elle est la plus belle de toutes. Le fruit, une drupe charnue, est réniforme et de couleur verdâtre, jaunâtre ou rougeâtre.

La mangue appartient à la famille des « Anacardiaceae » et est classée dans la catégorie « Magnifera indica ». Il y a principalement deux façons de couper une mangue pour la manger fraîche de l’arbre, pour ainsi dire. La première consiste à couper le fruit verticalement, de haut en bas. Vous obtenez ainsi trois tranches : la partie centrale, qui comprend 90 % de l’amande, et les tranches extérieures droite et gauche, appelées « joues ». Il suffit ensuite d’extraire à la cuillère la pulpe de la peau qui constitue le « bol ». Il est important de savoir qu’il n’est pas possible de retirer l’amande de la pulpe comme on peut le faire avec une pêche (et même cela est assez difficile) car l’amande et la pulpe de la mangue sont cultivées ensemble. La deuxième méthode consiste à couper la mangue de la même manière, puis à couper la pulpe (comme de la gelée dans un bol) en sections transversales. À présent, seules les parties de la pulpe qui ne contiennent pas de peau s’accrochent à la peau solide. L’étape suivante consiste à appuyer de l’extérieur sur la peau de manière à ce que la pulpe soit tournée vers l’extérieur. Vous avez maintenant quelque chose qui ressemble (par un peu de fantaisie) à un hérisson, les pointes étant les morceaux de pulpe de mangue. Vous pouvez maintenant détacher facilement les morceaux de la peau en les mordant. Mais attention, les mangues sont très, très juteuses et le jus dégouline et coule sur vos mains et vos poignets ; utilisez un mouchoir en papier pour éviter d’être gêné par le jus sur vos vêtements.

La mangue est consommée sous de nombreuses formes en Birmanie. La mangue verte (non mûre), qui est extrêmement aigre (en comparaison, même un citron est plutôt sucré), est pilée avec d’autres ingrédients tels que l’oignon, le piment et les crevettes sèches pour obtenir une pâte de crevettes. Une autre forme est la mangue conservée ou la mangue marinée. La mangue est également consommée en accompagnement et en salade de mangue verte « Tha yet thoke » avec de l’oignon, de la poudre de haricot, des crevettes sèches, des noix de pois, du chou blanc, de l’ail et de l’huile d’arachide (très, très savoureux !). Elle est également transformée en jus qui est absolument délicieux.

Enfin, le « Tha yet thee » est – comme le bourgeon de banane – un élément de conception architecturale important et souvent vu en Birmanie. Il s’agit du « Tha Yet Kin », qui signifie « petite mangue verte ». Il s’agit d’un motif qui représente la forme d’une mangue non mûre, avec sa courbure très apparente à ce stade, à l’extrémité du fruit. On le trouve, entre autres, sur la partie initiale (la partie inférieure) des rampes d’escaliers menant, par exemple, aux « Payas », les pagodes, et aux « Kyaungs », les monastères bouddhistes.

La papaye, dont le nom local est « Thin baw thee », est, contrairement à la mangue – qui est un fruit saisonnier – un fruit qui dure toute l’année.

La papaye est le nom commun de la famille « Caricaceae » et de son genre représentatif. Quatre genres et environ 30 espèces de papayes sont placés dans cette famille de dicots, l’un des deux grands groupes de plantes à fleurs. La papaye commune est classée sous le nom de ‘Carica papaya’ et est également appelée ‘pawpaw’ ou ‘papaw’. Elle est originaire des régions tropicales d’Amérique centrale et du Sud, mais son origine exacte est inconnue. Il est cependant largement cultivé sous les tropiques et de nombreuses variétés ont été développées. À l’état sauvage, les papayers peuvent atteindre une hauteur d’environ 1,8 mètre, alors qu’à l’état cultivé, ils peuvent atteindre une hauteur de 7,6 mètres.

Le fruit de la papaye, dont la forme varie de sphérique à allongée, peut peser jusqu’à 20 lb/9 kg et est principalement consommé à l’état frais comme fruit du petit déjeuner, plat d’accompagnement, en salade ou en dessert.

Comme la sève du papayer et le jus du fruit de la papaye contiennent de la « papaïne », une enzyme digérant les protéines dans des cellules spéciales produisant du latex, la viande devient non seulement tendre plus tôt que d’habitude, mais aussi plus tendre que d’habitude lorsque des morceaux de papaye verte sont ajoutés à la viande pendant la cuisson. C’est pourquoi la papaye est également exploitée pour son latex qui contient cette aide digestive et qui est utilisé dans les attendrisseurs de viande. Vous savez maintenant pourquoi et comment fonctionne l’attendrisseur de viande et ce que vous devez faire la prochaine fois lorsque la viande est trop dure.

La papaye a également des propriétés médicinales car elle favorise, par exemple, la digestion. À tel point que je vous recommande de ne pas en abuser en termes de quantité lorsque vous mangez de la papaye, même si je sais qu’il est difficile de s’arrêter une fois que l’on a commencé à profiter de la délicieuse papaye fraîche ou en salade.

A ce stade, j’estime qu’il est justifié de vous mettre en garde. Lorsque vous mangez une salade de papaye ici dans l’État de Rakhine (ou par exemple en Thaïlande où elle est appelée Som Tam/Tum, ou au Viet Nam où elle est appelée Di Du Du), vous devez savoir qu’elle sera très, très chaude : Lorsque vous commandez la salade de papaye, dites aux gens d’y aller mollo sur le piment.

Nous voici arrivés à la fin de notre long voyage à travers la flore birmane et j’espère que vous l’avez apprécié (j’ai fait de mon mieux pour que les choses restent divertissantes) et que vous avez développé en chemin un appétit pour les « fruits de Birmanie ». Ils sont à leur meilleur ici, en Birmanie, où ils poussent et vous attendent. Venez les déguster.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

*